Quel usage du blockchain pour les smart-cities ?

Smart B est une solution pour répondre concrètement aux enjeux de la ville intelligente en proposant, sur base de la technologie blockchain, un environnement basé sur la confiance et le respect de la vie privée.

Apparue au début des années 2000, le concept des smart-city fait référence à une initiative portée par le pouvoir public pour tirer parti de la transition numérique en vue d’améliorer la qualité de services urbains ou en réduire les coûts.

En France et en Belgique, ce sont une quarantaine de collectivités qui ont initié des projets de smart-city mais peu dépassent le stade de l’expérimentation ou n’ont eu de résultats significatifs. C’est surtout l’aspect communicationnel ou marketing qui prime actuellement.

La question de la propriété des données et le manque de confiance dans les traitements rendent les échanges difficiles. Il y a un vrai problème de confiance qui impacte très fortement le partage.

Tant les entreprises que les collectivités ne jouent pas le jeu.

WhitePaper.jpg

Pour les fondateurs de Smart B, il faut rebooster la smart-city par le biais de la technologie blockchain.

Les cofondateurs dans ce projet, issus de l’association Civis Blockchain, viennent de publier un livre blanc sur cette thématique.

 

 

Plus-value de la blockchain : sécurité et confiance

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle.

Elle peut apporter des réponses concrètes à ces problématiques et être le moteur des villes intelligentes de demain.  

photo-chain-opsCette technologie permet de créer une base de données dont la validation des enregistrements se fait par consensus sur un réseau décentralisés d’ordinateurs. Il s’agit de « journaux de transactions » sur lesquels il est très facile d’inscrire des transactions mais impossible de les effacer. Par conséquent, la distribution des données sur un réseau d’ordinateurs en vérifie en permanence la validité.

Concrètement, la blockchain autorise chaque propriétaire de données à accorder un accès à ces données en utilisant un contrat et une licence d’utilisation. Le système fonctionne donc sur la permission d’accès et non sur la réplication.

Sur base de cette technologie, Smart B est une plateforme où s’effectueront les échanges de données, sous contrôle et dans la transparence.

Chacun est propriétaire de ses données et décide à tout moment à qui il y donne accès. Les services sont déployés à l’aide de contrats automatisés open source décrivant clairement tous les traitements effectués.

Il est ainsi possible de garantir la traçabilité et la sécurité de tous les échanges de valeur et de données entre les parties prenantes utilisatrices du réseau.

Mieux contrôler l’utilisation de ses données personnelles

Appliquée à la ville, la blockchain permet à tout le monde d’interagir avec tout le monde sans intermédiaire.

Elle est le levier pour multiplier les réseaux de partage entre habitants et, pour le citoyen, elle est une opportunité de s’approprier davantage leur ville car elle donne plus de pouvoir aux usagers.

structure_blockchain.png

Exemple concret : un micro-réseau énergétique

C’est en matière de mobilité et dans le domaine de l’énergie que les expériences sont actuellement les plus concrètes.

Par exemple, en matière d’autoconsommation collective (gestion de micro-réseaux décentralisés de production, de consommation et de partage d’énergie entre voisins), la blockchain peut mesurer, stocker et certifier toutes les informations relatives aux différents flux d’énergie, sans devoir recourir à un prestataire extérieur.

Comme ce sont de faibles volumes, faire appel à un tiers de confiance extérieur pour mesurer et organiser ces flux peut coûter très cher. Un réseau construit avec une blockchain permet aux habitants de certifier et de garder la maîtrise des données.

A lireLa « blockchain » ouvre le champ des possibles pour la « smart city », Le Monde, 27 septembre 2017

Le potentiel de la blockchain

Les champs d’exploitation sont immenses, en particulier dans les domaines gérés par la ville. Surtout, la blockchain ouvre la voie de nouveaux modèles économiques, dont celui de la token économie.

Bien évidemment, ces promesses ne sont pas exemptes de défis, qu’ils soient économiques, juridiques ou encore de gouvernance.

Pour aller plus loin :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s